Les derniers livres inspirants


Gérer l'indisponibilité dans l'e-commerce

PDF Imprimer Envoyer

Si dématérialisation rime naturellement avec rationalisation de l’espace, des coûts et des processus, la gestion des stocks d’une plateforme e-commerce est d’autant plus déterminante. Le coût de possession d’un site marchand est largement en deçà des frais induits pour l’exploitation d’un réseau de distribution physique. Pour autant, les flux logistiques et les besoins d’entreposage restent inchangés, et l’explosion du e-commerce tend à accentuer le degré de spécialisation et les besoins en externalisation des entreprises. L’intégration entre les différentes parties prenantes de la chaîne de valeur devient ainsi l’un des facteurs clé succès du e-commerce.


Le principe du compte soldé

Optimiser la gestion des stocks repose sur le même principe que l’optimisation de trésorerie. Si un déficit de trésorerie induit des frais financiers et impacte directement sur l’endettement, il est également inopportun de ne pas profiter d’un solde positif sans l’imputer dans des investissements ou placements rémunérateurs. D’un point de vue économique, il en est de même pour le niveau des stocks, qui se doit d’être ajusté de manière à tendre vers une valeur nulle. Une rupture de stock induira des coûts tangibles et intangibles substantiels, alors qu’un surplus entraînera :
• un décalage de trésorerie provoqué par l’achat de stocks supplémentaires, et la dégradation du BFR (Besoin en Fonds de Roulement)
• des coûts d’immobilisation (usinage, entreposage, location d’espace, maintenance)
• l’amortissement et la dépréciation des biens (relatifs à leur nature)

La méthode des flux tendus

Si la méthode des flux tendus paraît la plus intéressante d’un point de vue théorique, elle constitue surtout une base conceptuelle permettant de bien cerner les enjeux relatifs à la gestion des stocks en e-commerce. La principale question relève du degré d’intégration entre le distributeur et son fournisseur, et les entreprises n’hésitent pas à développer des systèmes d’information complexes et ultra-efficients. Grâce à un ensemble d’algorithmes traitant des opérations nombreuses et hétéroclites, la méthode Epsilon de la société L4 Logistics a même permis aux entreprises d’atteindre 0% d’erreur. De surcroît, les coûts liés à la passation de commande et à la manipulation du stock sont éliminés.

Gestion des ruptures de stock

Ainsi, si la rupture de stock entraîne un coût d’opportunité et impacte sur l’image de l’entreprise, au moins à court terme, elle ne fera pas oublier les enjeux structurels. La mise en place d’un système d’information intégré doit permettre de traiter avec transparence et réactivité les commandes client, ainsi que d’anticiper les besoins de manière affinée. Aussi, trois méthodes sont généralement employées afin de traiter chaque transaction :
• la méthode du stock réel : le niveau des stocks est calculé à partir de l’expédition du bien
• la gestion « tampon » : le niveau des stocks est calculé lors de la validation de la commande
• la méthode du panier : le niveau des stocks est calculé au clic, dès lors qu’un acheteur met l’article dans le panier

Chaque méthode présente ses avantages et ses inconvénients selon la nature des biens et de l’activité. Si la méthode du stock réel offre une plus grande flexibilité en cas d’annulation ou de rétractation, deux commandes simultanées ne pourront être satisfaites. Enfin, si la méthode du panier ajuste instantanément le niveau des stocks, les articles du panier non commandés auront virtuellement abaissé le stock réel et augmenté le coût d’opportunité. Ces problématiques sont au cœur des stratégies des grands sites e-commerce comme Amazon, La Redoute ou encore Caroll qui traitent de gros volumes et dont la rupture de stock d'un produit commun comme une tunique peut rapidement mener l'internaute sur le site du concurrent.

 

Articles connexes