Les derniers livres inspirants


Élargir les possibilités de financement des PME

PDF Imprimer Envoyer

Peu d’acteurs du capital-développement sont capables et intéressés à financer les petites et moyennes entreprises à un stade un peu avancé de leur expansion. Le marché français du capital pour les entreprises est, par ailleurs, limité par l’absence de fonds de pension (qui représentent 42 % de la levée de fonds du capital-investissement en 2003 aux États-Unis contre 8 % en France) et par un marché coté (Alternext) dont l’étroitesse, la volatilité, et l’illiquidité limitent encore l’intérêt des opérateurs de marché. De plus, beaucoup d’entreprises familiales rechignent à chercher du capital à l’extérieur, et plus encore à entrer en Bourse. Il faut s’efforcer de faire évoluer ces mentalités, car celles-ci freinent la croissance des PME et de l’emploi.

Il faut faciliter l’accès des PME à Alternext.

Conçu pour permettre aux PME de s’introduire en Bourse en respectant des exigences assouplies, tout en garantissant un minimum de transparence et de sécurité aux investisseurs, Alternext regroupe aujourd’hui moins de 100 sociétés, contre plus de 1 600 pour son homologue londonien, l’Alternative Investment Market (AIM) créé en 1995. Alternext capitalise 5 milliards d’euros contre 75 milliards d’euros pour l’AIM. 

Pour prolonger ce premier résultat, il faut :

• Alléger les contraintes d’accès en matière de comptabilité (2 années de comptes) et de flottant minimum.

• Assouplir et simplifier les délais et quotas d’investissement des  fonds de capital investissement.  L’objectif doit être de coter sur Alternext, en 2012, 1 000 sociétésavec 50 milliards d’euros de capitalisation.

 

Articles connexes