Les derniers livres inspirants


AI for Humanity: la riposte de l’industrie française sur l’intelligence artificielle

PDF Imprimer Envoyer

Conformément à la stratégie d’IA du gouvernement français, le ministère de l’Economie et des Finances et huit des acteurs français du secteur français - Air Liquide, Dassault Aviation, EDF, Renault, Safran, Thales, Total et Valeo - ont signé en juin 2019 un manifeste sur l'intelligence artificielle pour l’industrie.

Dans le manifeste, les huit entreprises mondiales ont présenté une vision stratégique commune de l'IA. Elles ont également convenu de mener un examen conjoint d’ici à septembre 2019, afin de partager les conclusions avec les décideurs politiques et établir un plan d’action coordonné avec l’écosystème d'ici la fin de l'année et d'encourager la participation de tous les acteurs publics et privés.

Les parties prenantes qui partagent cette vision stratégique commune de l'IA.

Tirer parti de l'IA pour stimuler la croissance et créer des emplois pour le secteur

Les huit entreprises dépendent de l’innovation pour mener leur croissance et sont engagées dans une vaste transformation digitale. Ils se sont réunis pour définir un fondement stratégique commun pour l'IA, en vue d’établir des positions de leader sur leurs marchés respectifs au niveau international. Les 8 entreprises travailleront ensemble sur des questions liées au développement des technologies d’IA qui répondent aux exigences de leurs industries, et en particulier aux technologies Big Data essentielles à leur compétitivité. L’objectif est d’atteindre plus rapidement la masse critique dans les domaines prioritaires de recherche.

IA de confiance, explicable et certifiable

Dans le manifeste sur l’intelligence artificielle pour l’industrie, les signataires identifient des thèmes d’intérêt commun.
•    Intérêt de l’intelligence artificielle dans les environnements industriels:
•    Confiance, explicabilité et même certifiabilité;
•    Systèmes embarqués (systèmes électroniques autonomes utilisés pour effectuer une tâche);
•    IA pour la conception, la simulation, le développement, les tests et la logistique; IA pour la maintenance et Industrie 4.0;
•    Problèmes liés aux très hautes performances, à la fiabilité, à la robustesse et plus généralement à l'utilisation de l'IA dans les systèmes critiques.

Le manifeste: engagement de l'industrie avec le principe de l'innovation ouverte

Au fur et à mesure que la transformation numérique s'accélère, avec la concurrence internationale croissante et l’exigences de cybersécurité, les signataires appellent à une action coordonnée de la part des acteurs du secteur, ainsi que par l'industrie et le monde universitaire, ainsi que par l'industrie et les décideurs. L'objectif de cette approche d'innovation ouverte consiste à partager les capacités de recherche et développement et à sensibiliser à l’utilisation de l’IA dans l’industrie tout en encourageant le recrutement des meilleurs talents en France.

Une fois que l'examen conjoint aura été effectué, les signataires partageront les résultats avec les décideurs en vue de définir des mesures concrètes avant la fin de 2019, à coordonner au niveau national sur l’ensemble de l’écosystème français de l’IA. Tous les acteurs publics et privés qui partagent cette vision stratégique commune de l’IA seront donc encouragée à rejoindre cette initiative.

À travers ce manifeste, les signataires de l’industrie cherchent à développer une réponse collective aux besoins d’une IA souveraine en termes de souveraineté économique (technologie indépendance des entreprises françaises opérant à l’international) et la souveraineté nationale (l’un des quatre priorités identifiées dans le rapport Villani).

Pour en savoir plus sur AI for Humanity, rendez-vous sur https://www.aiforhumanity.fr/en/
Que pensez de cette initiative pas forcément lisible pour le non initié ?

Pour Raphaël Richard de 24pm Academy, la chose est entendue : « On l’aura compris AI for Humanity est une stratégie correspondant à la vision IA et le cas échéant, aux intérêts de quelques grands groupes, représentant… d’eux-mêmes et pas de tous les acteurs industriels en France. On voit nettement se dégager un axe anti Google/Tesla dans le domaine du transport avec une alliance de circonstance d’acteurs majeurs au niveau mondial (Valeo, Renault, Total) et de la défense (Dassault Aviation, Thales, Safran). Cette initiative a le mérite d’exister de commencer à permettre de faire émerger un embryon de stratégie de l’IA industrielle en France. Evidement, les applications de l’IA dans le domaine des services auraient besoin d’une action équivalente, de même que les applications de l’IA dans le digital (media, ecommerce, service en ligne, eCRM…). Quant aux centaines d’autres applications de l’IA qui sortent de ces grands secteurs, elle ne feront probablement l’objet d’aucune alliance : les acteurs comme ceux qui évolue dans le domaine de l’IA juridique (la start up de justice prédictive, Predictice, par exemple), dans le domaine de l’IA pour la comptabilité (l’expert comptable en ligne, LEC aux applications de reconnaissance de factures) ou dans le domaine du jeu vidéo (Ubisoft intègre de grandes briques d’IA dans la plupart de ses jeux, par exemple).

 

Articles connexes